La dernière conquête du Major Pettigrew

Le Major Pettigrew vit dans un village typiquement anglais, Edgecombe St Mary, dans le Sussex. A la retraite, veuf, il partage son temps entre la lecture, le rituel du thé, quelques amis du club de golf - tous occupés à fuir leurs dames patronnesses - et ses visites à la boutique du village tenue par Mme Ali, une jolie veuve pakistanaise. Au début du roman, le Major apprend la mort de son frère, Berthie. Cette nouvelle l’accable, mais il peut compter sur l’amitié discrète de Mme Alie. La disparition de Berthie entraîne cependant une querelle familiale concernant une paire de fusils que le père du Major avait partagée, avant de mourir, entre ses fils et  pour le Major, le fusil de son frère doit lui revenir, mais la veuve de Berthie n’est pas de cet avis. A ce tableau de famille, il convient de rajouter Roger, le fils unique du Major, qui vit à Londres et court les dîners mondains. Ce petit village du Sussex va donc être le théâtre à la fois d’une histoire familiale, d’une histoire d’amour et de considérations opposant la communauté anglaise et la communauté pakistanaise.

Helen Simonson parvient à dépeindre un milieu, une société, des personnages et des situations dignes des meilleurs romans anglais. L’aspect communautaire et les oppositions entre la culture anglaise et la culture pakistanaise sont également bien rendues sans que l’une soit plus valorisée que l’autre.
Une écriture subtile, pleine de fantaisie et d’humour.